Pôle de qualité inter-pays sur l'enseignement des mathématiques et des sciences (PQIP-EMS)

PRÉAMBULE

Le pôle de qualité inter-pays sur l'enseignement des mathématiques et des sciences (PQIP-EMS), anciennement le Groupe de travail sur l'enseignement des mathématiques et des sciences (GTEMS, 2004-2017), a été créé en mai 2014 lors de la 40ème réunion du Comité directeur de l'ADEA tenue à Tunis. Le PQIP-EMS se concentre sur le développement et la promotion d’une plate-forme d’éducation dirigée par l’Afrique afin de faire progresser les politiques et les pratiques en matière d’intégration des mathématiques, des sciences et des TIC dans l’éducation pour le développement durable de l’Afrique.

Le responsable du PQIP-EMS est le Ministre de l'Éducation Nationale du Kenya. Le secrétariat est hébergé au Centre pour l’enseignement des mathématiques, des sciences et des technologies en Afrique (CEMASTEA) à Nairobi-Kenya. Le coordinateur du PQIP-EMS est un personnel basé au CEMASTEA et le centre fournit du personnel ainsi que les installations pour mettre en œuvre les activités annuelles. L'Agence japonaise de coopération internationale a été le principal partenaire de développement du PQIP-EMS de 2004 à 2017. Le PQIP-EMS recherche actuellement de nouveaux partenariats pour soutenir ses activités régionales.

Le PQIP-EMS, en tant qu'unité de l'ADEA, cherche à atteindre les objectifs stratégiques généraux énumérés dans le plan stratégique de l'ADEA (2018-2022), en mettant l'accent sur l'enseignement des mathématiques et des sciences. L’enseignement des STIM, en tant que dimension importante de l’enseignement des mathématiques et des sciences, sera prioritaire au cours de la période stratégique pour que les pays soient suffisamment sensibilisés pour adopter les politiques et les pratiques appropriées. Conformément à l’Agenda 2063 et à l’Objectif stratégique 7 de la Stratégie pour l’éducation en Afrique (CESA, 2016-2025), « Une Afrique prospère » sous-tendant une main d’œuvre équipée et renforcée par la science, la technologie, l’ingénierie et les mathématiques (STIM). L’objectif est de renforcer la mise en œuvre des programmes de mathématiques et de sciences en tant que matière fondamentale de l’enseignement des STIM.

INTRODUCTION

L'Afrique que nous voulons guidée par l'Agenda 2063 est un rêve continental (CUA, 2015) réalisable grâce aux efforts concertés de tous les acteurs, notamment par le développement des capacités en ressources humaines. La main-d'œuvre activée par les STIM joue un rôle central dans le développement socio-économique des pays du monde en vue d'un développement durable. En tant que continent, l’Afrique est confrontée à de nombreux problèmes de développement, tels que la pauvreté, une santé médiocre, l’insécurité alimentaire, les problèmes de consommation, une innovation insuffisante ou une créativité insuffisante pour transformer les matières premières en produits compatibles avec les marchés internationaux. Ces défis sont imputables à nos faibles investissements en science, technologie et innovation, associés à une vision à court terme du développement humain. Horace Mann (1848) a déclaré: « L’éducation est le plus grand égalisateur des conditions des hommes ». Il est donc pratique d’affirmer que la main-d’œuvre utilisant les STIM transformera l’Afrique au-delà de l’articulation des politiques. Les pays doivent mettre en œuvre des réformes des programmes d’enseignement et créer les capacités requises aux niveaux national et institutionnel qui correspondent aux besoins en compétences du XXIe siècle. Les compétences telles que la collaboration, la résolution de problèmes, la pensée critique, la créativité, l’innovation et une communication efficace sont des priorités pour le développement socio-économique du continent.

La Stratégie continentale pour l’éducation en Afrique (CESA, 2016-2025) est l’approche révolutionnaire adoptée par la CUA pour la mise en œuvre du quatrième objectif mondial de développement durable des Nations Unies (ODD 4) (CUA, 2015). L’objectif stratégique 7 vise à renforcer les programmes de mathématiques et de sciences dans le domaine de la formation des jeunes, de la diffusion des connaissances scientifiques et de la culture dans la société, en vue du développement durable. L'enseignant joue un rôle fondamental dans la réalisation de ce rêve et veille en particulier à ce que les intentions politiques soient concrétisées. L’Afrique a le plus faible taux de scolarisation dans l’enseignement des STIM. Cette situation est encore aggravée par des professeurs de mathématiques et de sciences inadéquats ou non qualifiés, l’offre moyenne d’enseignement particulièrement secondaire et supérieur représentant la moitié de la demande. L’investissement dans le développement professionnel des enseignants tout au long de la vie devrait être l’un des programmes prioritaires des ministères de l’éducation, car ils sont initiés à la théorie de l’enseignement et, lors de la formation continue, ils s’emploient à trouver des solutions pratiques pour un enseignement efficace. Dans la plupart des pays africains, les pratiques d'enseignement et d'apprentissage sont principalement centrées sur l'enseignant, avec peu d'innovation et une dépendance aux manuels scolaires. Ces approches ne permettent pas aux apprenants de saisir la nature pratique des mathématiques et des sciences.

Par conséquent, le continent doit rompre le cycle qui consiste à compter sur des enseignants mal formés ayant des exigences académiques faibles en mathématiques et en sciences, une exposition inadéquate au contenu de la matière, des programmes de développement professionnel mal planifiés et mal financés pour préparer ses futurs scientifiques, technologues et innovateurs et professeurs de mathématiques et de sciences. Les tigres asiatiques de l’Est à savoir; Singapour et la Corée du Sud ont investi de manière stratégique dans une main-d'œuvre liée aux STIM, se transformant ainsi en pays hautement développés. La profession d'enseignant dans ces pays attire le tiers supérieur des finissants du secondaire; dispenser une formation initiale rigoureuse et donner à chaque enseignant le droit à 100 heures de développement professionnel par an, lui permettant de se familiariser avec des connaissances et des compétences de pointe.

Le PQIP-EMS, par conséquent, promeut les meilleures pratiques en matière d’enseignement des STIM en capitalisant sur les acquis du GTEMS (2004-2014), qui ont propagé l’enseignement et l’apprentissage axés sur l’apprenant à un enseignement des mathématiques et des sciences de qualité. Le rapport de l'UNESCO (2017) indique que le nombre d'inscriptions dans les carrières basées sur les STIM en Afrique est inférieur à 25% selon le sexe. Ceci est en partie attribué aux approches pédagogiques qui ne parviennent pas à rendre la science plus intéressante et plus attractive. Les pays doivent adopter une approche plus pratique de l'enseignement et de l'apprentissage, axée sur l'activité, plutôt que sur des pratiques axées sur l'examen, qui encouragent la mémorisation par cœur. L’enseignement des STIM est une approche interdisciplinaire de l’enseignement qui motive les apprenants à appliquer les leçons apprises à la résolution de problèmes concrets. Les pratiques d'enseignement qui incluent des scénarios de la vie réelle obligeant les apprenants à réfléchir et à appliquer les connaissances scientifiques pour résoudre sont une priorité du 21ème siècle.

Afin de réaliser ses objectifs, le PQIP-EMS travaille en partenariat avec diverses organisations, pays et partenaires de développement aux niveaux national et international.

OBJECTIF GLOBAL

L’ADEA contribuera à donner aux pays africains les moyens de développer des systèmes d’éducation et de formation qui répondent aux besoins émergents et conduisent la transformation socio-économique durable de l’Afrique. L'ADEA est guidée par deux piliers stratégiques continentaux et nationaux alignés sur la stratégie continentale pour l'éducation pour l'Afrique (2016-2025) et les objectifs mondiaux durables. Le PQIP-EMS, en tant qu'unité de l'ADEA, cherche à atteindre les objectifs stratégiques globaux (ADEA, 2018-2022) avec un accent particulier sur l'enseignement des mathématiques et des sciences, l'intégration des TIC dans l'enseignement et l'apprentissage. Les objectifs stratégiques, les stratégies et les activités du PQIP-EMS sont examinés dans les sections suivantes.

OBJECTIFS STRATÉGIQUES

Plus précisément, le PQIP-EMS cherche à:

  1. Promouvoir une plate-forme d’enseignement des mathématiques et des sciences, dirigée par des Africains afin de faire progresser l’adoption de politiques et de pratiques incluant l’intégration des TIC dans l’éducation ;
  2. Encourager la coopération régionale dans l'utilisation d'interventions et de pratiques visant à renforcer les capacités individuelles, institutionnelles et sociales afin de faire progresser l'éducation aux STEM ;
  3. Tirer parti de divers réseaux de partenaires durables pour l’enseignement des STEM afin de promouvoir l’échange et le partage des connaissances entre les éducateurs en Afrique.

COMMENT CONTACTER LE PQIP-EMS

Leader du PQIP-EMS

Hon. Prof. George Albert Omore Magoha, CBS, MBS, EBS
Cabinet Secretary, Ministry of Education,
Jogoo House ‘B’; Haraambe Avenue,
P.O Box 30040-00100, Nairobi, Kenya
Tel: +254-020-3318581
Email: [email protected] 

 

Point focal du PQIP, Ministère de l'éducation (MOE)

Dr. Sylvester Ohene Mulambe
Director, Policy, Partnerships and East African Affairs
Ministry of Education
Nairobi, Kenya
E-mail: [email protected]

CEMASTEA - Institution hôte

Mrs. Jacinta L. Akatsa, HSC 
Director, Centre for Mathematics, Science and Technology Education in Africa (CEMASTEA) 
P.O Box 24214-00502, Nairobi- Kenya 
Tel: +254-202633591 / +254-706722697 / +254-789797648
Email: [email protected] 
Website: www.cemastea.ac.ke

 

Coordinateur du PQIP-EMS

Mrs. Mary Wakhaya Sichangi
Coordinator, Partnerships and Linkages
Centre for Mathematics, Sciences and Technology Education in Africa (CEMASTEA)
P.O Box 24214-00502, Nairobi, Kenya
Tel: +254 780 797 648
Mobile: +254 721 239 779
Office Email: [email protected]om
Personal Email: [email protected]